Vous êtes ici :   Accueil » Jardins et cultures
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Entre générations
Vivons la terre
Bienvenue au club!

tongueClub MGEN08

Temps Libre
Retraités
Bienvenue

 

Club MGEN08

Activités hebdomadaires
bimensuelles
ateliers
entretenir sa forme

 

Club MGEN08

se retrouver
pour découvrir
échanger
déguster


 

Club MGEN08

S'entraider
Accueillir
Se souvenir
Lire

Venez le découvrir!

1acc1bouton.jpg

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 15 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.clubmgen08.fr/data/fr-articles.xml

Il est navrant pour moi de constater que devant ou derrière les habitations, on ne trouve plus ce jardin potager si verdoyant qui faisait le bonheur de l’habitant et permettait à la famille de se nourrir de produits sains et variés. On peut faire le même constat pour les vergers à fruitiers.

Pourquoi cette désaffection ? Parce que l’homme à présent peut se distraire de mille façons plus ludiques que le jardin croit-il ? Et surtout parce qu’il trouve dans les magasins tout ce dont il a besoin et même au-delà, à des prix très variables selon la qualité du produit.

On dira peut-être que je suis de la « vieille école », mais je reste un amoureux du potager, tout en étant contre les produits chimiques de base ou sélectifs que la culture moderne nous propose. Ce qui m’importe, c’est de manger et de faire manger des produits sains, car la santé reste pour moi le premier bien.

Ces remarques étant faites, entrons dans le vif du sujet. Entreprendre un jardin, n’est pas chose facile et d’autant plus difficile selon le type de terre que l’on veut cultiver. Une terre légère et sableuse conviendra mieux qu’une terre lourde et argileuse qu’il faudra déstructurer peu à peu. Au départ, il faut rendre la terre propre, en éliminant une grande partie des mauvaises herbes, car un jardin propre le reste avec peu d’efforts à condition d’y consacrer régulièrement un peu de son temps. Toutefois, il n’est pas nécessaire d’avoir une terre trop propre  (surtout en période de sécheresse) pour avoir une bonne récolte.

Il y a un certain nombre de règles de bon sens à connaître et respecter transmises entre générations, que l’on trouve sur les livres spécialisés ou sur « internet »…Mais la règle essentielle c’est d’être patient, ne jamais vouloir se précipiter pour planter ou semer, il faut toujours attendre que la terre soit bonne « on dit amoureuse » cela veut dire qu’elle soit plutôt chaude et pas trop humide. Le retard se rattrape toujours au jardin. Je ne jardine pas avec la lune ou très peu, mais regarde souvent l’évolution du temps. J’évite de semer avant la pluie qui tasse la terre au point de former une croûte gênante pour la levée et je plante avant la pluie pour économiser des arrosages.

L’ordonnancement des semis et des plantations a une grande importance, car les plantes n’aiment pas forcément les voisins qu’on leur impose. Les fraisiers, les tomates aiment la proximité de l’ail ou de l’oignon, le poireau s’accommode parfaitement de la carotte comme voisine. La pomme de terre est à planter loin des tomates (à cause du mildiou) tout comme le chou qui doit être écarté des crucifères en général…etc. Les racines des plantes produisent des bactéries et substances qui activent la croissance d’autres végétaux ou les protègent des maladies, comme leur odeur écarte les insectes parasites. Il est bon aussi de procéder à une rotation des cultures au potager afin de ne pas semer des graines de légumes de mêmes familles deux années de suite au même endroit. A cet effet, je réalise chaque année le plan de mon jardin pour éviter cela et J’en profite pour faire quelques commentaires à propos des récoltes.

Les plantes vivent de lumière et d’eau fraîche(ne pas abuser d’eau pour ne pas les rendre paresseuses) mais aussi d’un peu d’amour et se développent mieux là où on a su créer un équilibre naturel en amendant la terre qui s’appauvrit si on l’abandonne ou la cultive trop. Si on respecte la règle « pas de pollution dans mon jardin » on évitera les engrais en préférant le fumier, le compost, le terreau, les engrais verts et la chaux en quantité raisonnable et progressive pendant quelques années si le terrain a un PH acide. (La chaux enrichit le père mais ruine le fils).

Comme les humains, les plantes du potager subissent des attaques extérieures et les prédateurs sont nombreux (mulots, taupes, limaces…) qui détruisent, ainsi que les insectes (pucerons, doryphores, papillons…)qui apportent des maladies. Si le jardinier veut pratiquer bio, il n’utilisera que la bouillie Bordelaise, le soufre et certains granulés bio, parmi tous les produits du commerce. Il usera de pièges (cendre et sciure de bois, bière, pour les limaces…) et fera appel aux méthodes ancestrales de lutte contre les ennemis du jardin. Les purins de toutes natures sont les plus connus : Purins d’ortie, de prêle surtout, mais aussi de camomille, consoude et rhubarbe qui peuvent être utilisés en arrosage ou pulvérisation pour développer et protéger toutes sortes de plantes. Au jardin aussi, il est préférable de faire de la prévention.

Bien sûr j’aime les fleurs, mais pas dans le potager pour diverses raisons, mais je dois reconnaître que les soucis et les œillets d’Inde surtout, plantés à côté des choux, des tomates ou des salades, repoussent les invasions de presque tous les insectes ravageurs et attirent les abeilles et les bourdons, premiers acteurs de la pollinisation des voisines.

Au nom de la déjà très longue histoire qui unit les hommes et les espèces, il est bon et indispensable de la perpétuer pour aider les plantes à pousser…et qui peut mieux le faire que le jardinier ? La planète a partout besoin de cultivateurs pour nourrir tous les peuples et pour la préserver, afin quelle produise sans s’épuiser. Dans notre « pays d’abondance » un potager petit ou grand offre à son exploitant une activité bienfaisante et un repos pour l’esprit. En étant l’ordinateur d’un cirque vivant, où les coulisses sont le théâtre d’une vie cachée, foisonnante et mystérieuse, il embellit aussi Dame Nature. Gloire à toi jardinier.

                                                                                                               Gatoun


 


Date de création : 05/12/2018 : 15:55
Catégorie : - Vivre la terre
Page lue 49 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Visites

 567279 visiteurs

 8 visiteurs en ligne